labicicletalatina

Un an à vélo en Amérique du Sud

Marina et Flor, professeures à Matará, province de Ayacucho

Je leur ai rendu visite dans leur maison de fonction à Matará, un tout petit village à 60 km de piste d’Ayacucho, la grande ville de la province. Il n’y a pas de lumière depuis quelques jours et l’eau courante et les toilettes sont à l’extérieur. Elles ont toutes les deux autour de 35 ans, vivent à Ayacucho et viennent quelques jours par semaine pour enseigner. Marina est célibataire et titulaire de son poste de professeur de sciences naturelles. Flor est contractuelle, ce qui signifie qu’elle doit repasser le concours tous les ans et que sa solde est un peu moindre, elle s’occupe des classes maternelles. Cette semaine elle a emmené ses deux filles, Brenda qui est handicapée et Ana Paula qui a quelques mois. Pour être professeur au collège au Pérou, il faut passer un concours après 5 ans d’études, le résultat à ce concours détermine les affectations : ceux qui ont les meilleures notes pourront enseigner en ville. Le salaire s’élève à 1000 – 1100 soles par mois (environ 280 euros par mois). Marina et Flor m’expliquent le fonctionnement du système scolaire péruvien.

A Matará, seules 4 matières sont enseignées : les mathématiques, les sciences naturelles, l’espagnol et l’histoire-géographie. Faute de moyens, faute de professeurs, les enfants de Matará n’étudient que ces 4 matières. S’ils souhaitent étudier à l’université après le collège (qui dure jusqu’à 15-16 ans), ils doivent intégrer des classes préparatoires pour combler les lacunes avant de présenter le concours leur permettant d’étudier à l’université. Ces classes préparatoires sont privées et n’existent qu’en ville, ce qui limite les chances de beaucoup d’entres eux. La majorité des jeunes que l’on rencontre dans les campagnes ont arrêté l’école à 15 ans. On a demandé à des enfants de 9 ans quelle était la capitale du Pérou, ils étaient incapables de répondre !

Le nombre d’élèves intégrant l’université détermine les moyens accordés au collège, ce qui fait que plus le collège est de niveau médiocre, moins il a de moyens, moins il a de professeurs et plus le taux d’échec est important….

03 09 2010 » Femmes sud américaines, Pérou, Rencontres