labicicletalatina

Un an à vélo en Amérique du Sud

Quelques semaines pacéniennes

Voici déjà 3 semaines que je suis à La Paz avec Alexis. J’essaye de me reposer avant de reprendre la route, mais ce n’est pas facile tant les tentations sont grandes dans cette ville au creux des montagnes !

Passée trop vite à Copacabana, m’y voici de retour en bonne compagnie cette fois. Nous partons prendre un bon bain de soleil sur l’Isla del Sol, à 1h30 de bateau de la côte.

Si nous n’avions pas les doudounes, et que l’eau n’était pas à une petite douzaine de degrés on aurait presque pu se croire en méditerranée tant l’eau est bleue, la roche blanche ou rouge, les arbres secs.

Abandonnés de la municipalité de Copacabana, les insulaires ont eu la fine idée de profiter du tourisme en faisant payer un droit de passage! Cet argent semble plutôt bien utilisé vu la propreté des plages, des villages et des chemins et l’entretien des maisons, qui me semblent bien mieux soignées qu’au Pérou.

A La Paz, nous passons nos moments creux au Chiquiago Cafe, lieu de rencontre des cyclotouristes. Le principe est bien différent d’une casa de ciclista puisque nous sommes plus accueillis comme une clientèle bien particulière par le gérant plutôt que comme des amis de la route. La Paz semble être le point de rencontre de nombreux d’entre nous !

Nous rencontrons Jessica et Ramiro et partons avec eux à l’assaut de la fameuse route de la mort.

Alors que les touristes lambda sont déposés au sommet, nous grimpons tout à vélo depuis La Paz avant d’attaquer les 60 km de descente vers la jungle.

La route commence dans les nuages et le froid …

et nous arrivons sous les tropiques ! Le contraste est saisissant.

C’est vrai qu’elle est impressionnante cette route de 3,5 mètres de large, construite à flanc de ravins, mais certainement moins qu’il y a quelques années où tout le trafic routier passait par là. Une nouvelle route est en effet en service afin de diminuer le nombre de véhicules au fond du précipice…

Nous passons quelques jours bien reposant à Coroico ensuite.

Puis nous faisons un petit saut en Afrique…

Il s’agit en fait de Tocaña, un village afro-bolivien non loin de Coroico.

Ce village regroupe 28 familles afro-boliviennes, descendantes des esclaves de Potosi qui s’étaient regroupés en communautés il y a plus de 150 ans. Ces familles conservent toujours certaines traditions africaines tout en étant vêtues de la même façon que les boliviens.

Quelques jours plus tard, nous voici à l’assaut du Huayna Potosi, 6088 m.

L’ascension a été éprouvante : partis à 3h20 du matin, nous commençons par nous tromper de voie. Après une petite heure d’escalade de rochers en grosses chaussures d’alpinisme (ce qui m’épuise déjà), nous traversons un champ de pénitents avant de rejoindre la voie normale.

Une fois passée la grosse crevasse, nous ne sommes pas au bout de nos peines : deux sauts de crevasses nous attendent.

C’est la fin de la saison d’andinisme, le glacier est bien ouvert, la neige a pris des formes incroyables.

 Les forces me quittent petit à petit (il faut dire que je n’étais pas au mieux de ma forme intestinale ces derniers jours…) mais j’arrive quand même au sommet, mon premier 6000m !!

Le sommet a beaucoup change ces dernières années : la neige a fondu et a laissé la place à de la rocaille qui ne demande qu’à se détacher. Ce doit être impressionnant et triste de se rendre compte du retrait glaciaire à ce point. La vue est sublime : à l’ouest l’altiplano à perte de vue, au nord et au sud la cordillère et à l’ouest des nuages menaçants…

Nous redescendons au pas de course et un peu craintifs en sautant le plus légèrement possible les crevasses dont la glace a bien eu le temps de s’échauffer au soleil matinal…

Enfin nous rejoignons, les bons derniers, le refuge vers 11h, sains et saufs mais complètement déshydratés.

Nous profitons encore de quelques jours à La Paz pour faire le tour des amis et préparer la suite du voyage vers San Pedro de Atacama.

Nous traverserons le parc du Sajama puis le Parinacota côté chilien, reviendrons ensuite en Bolivie pour traverser les salars de Coipasa et Uyuni et mettrons cap au Sud Lipez, 9 jours de plein désert en autonomie complète…Une belle aventure en perspective !

07 10 2010 » Bolivie

7 Responses

  1. Anne-Claire octobre 13 2010 @ 15 h 36 min

    Tes photos du Huayna Potosi sont vraiment magnifiques!

  2. thomas octobre 19 2010 @ 12 h 01 min

    Coucou,

    Cela faisait un bout de temps que je n’etais pas passe sur ton blog. Cela fait envie.

    Bises et courage pour la suite.

  3. François octobre 20 2010 @ 22 h 28 min

    Coco à 6000!
    Mais jusqu’où s’arrêtera-t-elle?
    On se régale de tes photos.
    Merci pour cette petite place dans l’aventure.

  4. Silvio octobre 30 2010 @ 22 h 20 min

    Salut ma belle!
    Comment vas-tu? C’est magnifique de te voir traverser les mêmes endroits que j’avais visité en 2006… par contre quel dommage de voir le sommet du Huayna Potosi depurvu de neige. Dans mes photo il était couvert d’une épaisse couche de neige !
    Nous sommes en Roumanie depuis deux moi, Arianna grandit vite (bientôt fera six kilos). Amuse-toi bien et si tu as le temps va voir le Condoriri, même si tu ne fais pas l’ascension c’est une montagne fantastique. Peut-être la plus belle de mes ascensions en Amérique du Sud.
    Envoie-moi un mail quand tu en aura le temps.

    Silvio

  5. mama pollo novembre 2 2010 @ 22 h 37 min

    Nous rêvons à partir des photos et je peux constater l’éternelle ouverture d’esprit et l’accueil chaleureux toujours d’actualité en Amérique du sud; les internautes se manifestent un peu plus aussi, alors je pense que c’est un réconfort et un soutien; quand donc vas tu te laisser vivre et ne pas aller aux limites de tes capacités physiques???? nunca, lo siento!à bientôt le plaisir de te suivre à travers les salars; je constate que la grande carte que nous avons dans la cage d’escalier est déjà à remplacer par la pointe sud de l’Amérique!!!bien à toi! mam

  6. Ivonne novembre 7 2010 @ 10 h 27 min

    Coralie,
    Je suis tres contente de voir une foto de la Famille Encinas complette.
    Ramiro, Maria Elena, Viginia, Esteban, Ana Lucia et bien sure Dieguito.

    Bon voyage et bonne découverte

  7. Doret mars 23 2011 @ 10 h 08 min

    très belle aventure, et découverte des modes de vie et d’habitation de ces différents pays sud américains;par une jeune personne riche de communication, et je suppose de richesses personnelles, méditatives,curiosité , échanges,partage …..
    En tant que mère d’un similaire garçon de 26 ans dans cette même Amérique latine,(que je définirais avec les même mots ), à pied, je suis sensible aux mots de votre maman,….. il n’est pas toujours tranquille de suivre ces aventures , sans un brin dirions -nous d’anxiété,; !!!;mais bien sûre , suivez votre route,chercher votre chemin personnel au milieu de notre univers,
    ou peut-être tout prêt d’un petit rien de tous les jours;
    et soyez assurée que nous restons prêt de vous tous les jours par la pensée, et pourquoi pas la « transmission de pensée »;chaleureusement;
    bonne découverte du monde et de vous,
    et merci pour la richesse de ce blog,Bertrand notre garçon en a un et c’est la même richesse humaine pour l’échange et le partage.
    Annie ;