labicicletalatina

Un an à vélo en Amérique du Sud

Une traversée spectaculaire !

La traversée du Sud Lipez à vélo est bouclée! Cette aventure me laissait rêveuse depuis un moment. Cette route est connue pour être l’une des plus difficiles Amérique latine pour les cyclistes mais peut être aussi l’une des plus  belles.

En 10 jours nous avons relié San Pedro de Atacama depuis Uyuni avec 1,5 jours de repos, nous avons couvert 452 km et pédalé en moyenne 6 heures par jour.
Au maximum nous avons porté 6 jours de nourriture et 1,5 jour d’eau (soit 9 litres d’eau pour 2).

Nous avons quitté Uyuni trop tard par une route horrible, couverte de tôle ondulée, nous étions face au vent, le paysage était monotone, ça commençait mal !

Le deuxième jour, mon corps refusait d’avancer et le vent était toujours de face, ça continuait décidemment mal !! Mais heureusement qu’Alexis était là pour m’encourager et me bloquer le vent, nous formions une belle équipe !

A peine quittée la vallée maudite, la beauté des lieux nous faisait oublier la difficulté des chemins parfois très caillouteux et techniques, parfois très sableux…

Le troisième jour de vélo, une explosion retentit, je sens un souffle d’air dans mes jambes, quelques secondes pour réaliser que mon pneu a explosé ! Je m’aperçois vite qu’il ne s’agit pas seulement de la chambre à air, mais aussi du pneu ! Quelle tuile, il nous reste 7 jours de route et bien sûr je n’ai pas de pneu de rechange….Quelle bêtise d’avoir trop gonflé les pneus à Uyuni !

Je mets une rustine au fond du pneu mais la chambre à air sort par le trou…et réexplose dans l’après midi…Avec une nouvelle réparation de fortune, nous réussissons à arriver à un petit refuge au bord de la Laguna Hedionda.



Sur les conseils de Felix, le réceptionniste, je recouds le pneu, remets une rustine au fond du pneu et nous tendons deux bouts de chambres à air à l’extérieur. Figurez-vous que cette réparation tiendra jusqu’a San Pedro de Atacama!

Les deux jours suivants, nous traversons le désert de Siloli, du sable, que du sable et le vent bien sur l’après midi, waouh, c’est dur !



Mais le ciel étoilé est magique, le réveil superbe et l’arrivée à chaque étape tellement incroyable !




A l’arbre de pierre…Une famille travaille ici, au milieu du désert, en plein vent, pour entretenir les toilettes utilisées par les touristes. Chaque jour ils retournent dormir à 20 km de là, à la Laguna Colorada, où il n’y a rien à part un village pour touristes et un poste de contrôle d’entrée au parc naturel.

ça, ce n’est pas vraiment permis…


moi, je reste bien sage !

Nous sommes maintenant sur le trajet des 4×4, nous en croisons une trentaine chaque jour, c’est impressionnant! Bien sûr au moins autant de pistes différentes…un vrai sacrilège pour le paysage et une plaie pour nous, car on a beau croire que la piste d’à côté est meilleure, on se retrouve toujours à pousser le vélo à un moment ou un autre.

L’arrivée a la Laguna Colorada est terrible : alors que l’on aperçoit le lac tout rouge au loin, on sait qu’il reste une bonne quinzaine de kilomètres, la piste descend mais le mélange de sable et graviers fait que l’on va plus vite à pousser son vélo….le vent est toujours de face ou de côté, ce qui ne manque pas de me déstabiliser….et Alexis loin devant…!

C’est encourageant d’être à 2, quand l’un peine, l’autre l’encourage, on se soutient, on se motive surtout les moments où l’on doit avancer si l’on ne veut pas manquer d’eau…et dans ces cas là, voir l’autre devant fait avancer (et parfois Alexis était derrière ;-)) ! Jamais je n’aurai fait ça seule ! Et puis nous savons que nous allons retrouver un paquet, apporté ici par un 4×4, plein de nourriture avec même du Toblerone (merci Aurore!) à l’entrée du parc ! Ça, c’est la carotte!

A l’arrivée, la vue est magnifique : le lac est couleur rouille, il accueille des flamants, comme tous les lacs de la région! Le borax s’accumule comme des icebergs sur les bords, c’est féerique.

Nous dormons au pied d’une grande côte pour alléger la journée du lendemain. C’est que dans ces paysages, nous ne faisons pas plus de 40km par jour et sommes épuisés le soir ! Les vélos aussi d’ailleurs…

Le matin au réveil, le thermomètre indique -12 ºC dans la tente !!

Encore deux jours de côtes bien raides, du sable, encore du sable et toujours ce vent glacé…Mais la nature nous réserve encore bien des surprises exceptionnelles : des volcans en activité, des geysers de fumées sulfureuses, de la boue bouillonnante, des salars, des bains d’eaux chaudes où nous passons la nuit…



C’est divin après ces quelques jours de décrassage à la lingette bébé ! Le matin, nous admirons le lever du soleil au chaud et nous réfugions dans notre petite tente à l’arrivée des 4×4 à 6h30 (nous en avons compté 17 en même temps!).

La beauté des paysages est à la mesure des efforts fournis! 


Nous arrivons à la Laguna Verde où l’arsenic ne semble pas déranger les flamants. La Laguna Blanca nous héberge pour une dernière nuit glaciale à 4400 mètres.

Après une dernière côte, nous rejoignons avec beaucoup de plaisir le goudron de la route qui va nous descendre de 2000m en 30 min en direction de San Pedro de Atacama, au milieu du désert!


Le pneu a tenu, les muscles, les nerfs aussi. A deux, les liens se sont renforcés. Le paysage nous émerveillait chaque jour un peu plus, seule la peau tirait et se crevassait…Encore quelques jours de repos á San Pedro et en route pour l’Argentine!

06 11 2010 » Bolivie

9 Responses

  1. Ivonne novembre 7 2010 @ 10 h 45 min

    Coralie,

    Que magnifiques photos de mon pays la Bolivie,en préservant et en conservant ses propres traditions, culture vivantes et ses gens.
    J’espère que ne sera pas détruit par le tourisme, et que vous pense que c’est un patrimoine culturel Intangible pour l’humanité.

  2. Guillaume novembre 9 2010 @ 16 h 27 min

    Ça fait rêver… Et, belle performance sportive et mentale aussi… On pense bien a toi, riri et moi sous le soleil breton! On vous revoit très très vite a Noël! Bisous!

  3. Jean-Charles novembre 10 2010 @ 14 h 47 min

    Bravo á tous les deux pour cette difficile traversee… J’ai eu le plaisir de croiser votre route á la laguna Hedionda et j’admire votre courage…
    Aujourd’hui depart de La Paz pour l’Europe et comme promis, Coralie, je parle de ton periple aux organisateurs du festival Partances, á Toulouse.
    Bon courage pour la suite et encore bravo pour la perormance.
    Jean-Charles

  4. Tellier novembre 11 2010 @ 11 h 03 min

    Bonjour Coralie,
    Xavier qui a tenté de te copier sur un périple Normandie-Mirepoix en faisant du stop (un jour de grève SNCF) a finalement échoué à notre grand plaisir a Limoges, notre camp de base actuel, pour une nuit réparatrice…

    Ceci lui a permis de nous mettre sur ta piste. Depuis, nous suivons avec émerveillement ton périple magique à bicicleta ! L’aventure humaine et sportive est tout simplement extraordinaire tout autant que les paysages traversés. Bravo pour cette leçon de vie et de découverte.

    Gilles & Michèle Tellier + les enfants Swen & Logan

  5. Tuuli novembre 17 2010 @ 10 h 23 min

    Hello, Coralie! 🙂

    In Finland it’s dark (but white) and we are waiting for the christmas lights. So these fotos with sun and amazing colours really made my day!

    Take care, safe journey!
    -Tuuli

  6. Mehdi novembre 19 2010 @ 23 h 50 min

    Bonjour Coralie,

    Je peux te dire que tu fais des envieux ici. Je pense être l’un des plus fervents. Quel depaysement ! Quel joie de voir autant de sourires et de bonheur !

    Enjoy!
    Mehdi

  7. Anne-Cécile novembre 20 2010 @ 17 h 52 min

    COUCOU CORALIE!
    Tes photos sont magnifiques et font vraiment rêver!
    J’espère que tu vas bien^^ et comme tu le dis: »en route pour l’Argentine! »
    GROS BISOUS!!!

  8. Le tour et jouer novembre 20 2010 @ 23 h 14 min

    Magnifique, on y est pas alle, pas trop envie de le faire en 4*4 et un peu peur de le faire en tandem… vous nous laissez reveurs…
    Claire Marie et Raphael, ou le pique nique de salta entrecoupe de merdes de pigeons !!!
    Bon courage et bonne route a toi pour la suite et bonne reprise a Alexis

  9. PEL décembre 1 2010 @ 10 h 53 min

    Coralie,

    Chaque photo, chaque commentaire et chaque étape me laisse un peu plus ébahi et admiratif.
    Cette aventure est unique et tu la fais si bien partager…

    Je t’embrasse du fin fond de l’Asie.

    PEL, semper fidelis