labicicletalatina

Un an à vélo en Amérique du Sud

Paso de los Libertadores, de Mendoza à Santiago

En quelques images, voici un passage mémorable : la traversée de la cordillère entre Mendoza et Santiago du Chili. 5ème traversée de la Cordillère et 3ème entrée au Chili, en solitaire cette fois-ci.

A Mendoza, j’ai fait le tour des caves et des oliveraies, on trouve du bon vin en Argentine depuis quelques années. Ici, le degré d’alcool est plus fort qu’en France, ceci en raison de l’ensoleillement et de l’altitude. Ces vins sont généralement jeunes et ne se laissent pas beaucoup vieillir. L’usage du fût de chêne est restreint et pas toujours apprécié des œnologues du coin qui préfèrent la vivacité des vins jeunes. Je suis tombée sur des viticulteurs adorables : Philippe et Brigitte, deux français qui ont créé ici leur vignoble CarinaE, la première bouteille est sortie en, il est très bon !

Drôle de rencontre : au petit matin a Mendoza, cherchant désespérément un petit déjeuner, j’ai été invitée par une française qui sortait de soirée…Sandro, Sandra et Lucas.

Ensuite j’ai pris la route pour le Chili : des roches aux couleurs superbes, une foultitude de camions sur la route qui faisaient à peine un écart pour ne pas me renverser et un vent de face impossible….si bien qu’on ne comprend rien a cette vidéo qui vous montre cependant l’invention du jour : un bâton pare-camions qui a fonctionné sauf une fois où le bâton a frotté tout le long du camion me laissant des sueurs froides…

J’ai rencontré un muletier au pied de l’Aconcagua : sa centaine de mules monte tous les jours les bagages et vivres des prétendants au sommet de l’Aconcagua. Ça paye très bien : il travaille uniquement de fin Novembre a fin Février !

Le passage au Chili se fait par un tunnel a 3200m, avant il a fallu lutter contre le vent et le froid, ce qui fait un peu tourner la tête…

 mais heureusement Cecilia et Pablo m’ont offert un bon café chaud !

La descente au Chili se fait par 29 lacets (ou Caracoles) puis arrivée bien méritée dans des contrées plus chaudes !

A Santiago, j’ai été accueillie par Nestor. Valparaiso était en proie à une grève des éboueurs depuis 2 semaines (le gouvernement de Piñera a refusé l’augmentation des salaires demandée), aussi fallait-il éviter d’être pris dans les tourbillons de sacs plastiques ! A côté, la richesse opulente de Viña del Mar contraste quelque peu…

Rencontre informelle de musiciens polyglottes, chiliens, mi-français et syriens.

Après  ces rencontres insolites de Santiago, j’ai été rejoindre ma famille et Alexis a Buenos Aires !

12 01 2011 » Argentine, Chili

2 Responses

  1. Ménine, Grand Père mars 4 2011 @ 19 h 49 min

    Merci pour tes tres belles photos qui nous impressionnent beaucoup.
    Reviens vite dans nos vignes,les amandiers sont en fleurs et les vacances de Paques approchent
    Grand Père et Menine

  2. luc décembre 13 2011 @ 16 h 56 min

    Bonjour, merci pour les renseignements sur ton magnifique voyage. L’année prochaine je compte commencer un tour à vélo en Amérique du Sud par Santiago Mendoza, comme tu le montres sur ton film, il y a beaucoup de camions et pas de bas côté . Le départ de Santiago se fai-il par une autoroute? Le passage du tunnel à la frontière est-il possible à vélo ou faut-il prendre un bus ou un camion?
    Merci Luc