labicicletalatina

Un an à vélo en Amérique du Sud

Quelques jours de repos à El Chaltén

Après le dernier récit, vous imaginez bien que je suis arrivée à El Chaltén un peu fatiguée !

Alexis avait donc choisi un coin bien tranquille pour planter la tente : à peu près au milieu du camping, lui-même au milieu du village et en haute saison touristique.

27 janvier : bon asado arrosé au resto « Como vaca » pour fêter nos arrivées respectives avec les copains grimpeurs d´ici : Will, Ruben et Mathias.

28 janvier : 1ère tentative de grasse matinée jusqu’à 7h : des grimpeurs hurlent à Will de se réveiller pour les accompagner. A 8h, la voiture garée à 1m50 de la tente démarre….j’arrive à traîner dans le duvet jusqu’à 9h30 ! Et s’ensuit un super petit déjeuner : demi-lunes caramélisées, ça change du porridge !

Ensuite on retrouve Philipp et Valeska pour échanger nos photos et nos souvenirs des derniers jours (cf. article précédent). Tentative Internet : 1h30 pour charger 5 mails, ce n’est pas ici que je vais mettre à jour mon blog ! Ce bled est la capitale argentine du Trekking et pourtant on se croirait souvent au beau milieu du désert, aahh l’Argentine !!

29 janvier : 2ème tentative de grass’mat, mieux réussie cette fois ! Petit déjeuner de luxe, humm…Aujourd’hui on ne fait pas grand chose, à part attendre le chargement d’Internet et traîner dans la cuisine du camping, ce qui, soit dit en passant, n’est pas le plus agréable pour moi, je suis reluquée des pieds à la tête et retour par tous ces grimpeurs du monde entier qui voient passer trop peu de femmes par ici…bref. Le soir on va au bar, blindés de jeunes ados argentins, bizarre !

30 janvier : Petit déj de luxe, miam miam ! à 14h, départ pour une petite balade de 4 heures pour aller voir le Fitz Roy. C’est parfait comme remise en jambes.

Mais finalement on pousse jusqu’à la laguna Sucia (le lac sale) où nous subissons une tempête de neige,

Et puis pourquoi pas jusqu’au Glaciar de los Piedras Blancas. C’est splendide, ces lames bleues turquoises qui tombent dans l’eau. La fatigue commence à se faire sentir…

Il est déjà 19h30 lorsque l’on croise une fille venant en sens inverse qui nous annonce 3 heures de descente jusqu’à la route…ouïe il risque de ne plus y avoir de voiture pour nous ramener au bled…On décide donc de faire demi-tour. A 20h45, Alexis me dit : « bon, si on veut avoir une douche chaude, il nous faut 50mn pour redescendre, en courant », AAHH. Et bien 1h après, nous étions dans la douche. Et heureusement, les copains nous avait préparé un bon dîner. C’est fou comme une petite ballade peut vite se transformer en entraînement de 8h pour le prochain Trail du Mont Blanc…!!

31 janvier : Réveil à 7h, aïe hier j’ai dû mal courir, mon pied et mon genou grincent beaucoup…Aujourd’hui, on a rendez-vous avec le Cerro Torre, au programme de 10 à 11 h de marche, ça je le sais. Nous partons avec Ruben, le jeune photographe de 22 ans qui traîne au camping depuis quelques semaines. Très sympa et très doué ce garçon ! http://www.rubenbrulat.com/

Notre rando commence là où s’arrête celle de la plupart des randonneurs : au lac qui donne au loin sur le Cerro Torre, sous les nuage comme toujours. On passe la tyrolienne,

la moraine, puis on remonte le glacier par le bord (en basket bien sûr) : je suis moyennement à l’aise sur cette glace, parfois il faut sauter des crevasses, j’aime pas le saut en longueur quand on n’a pas le droit à l’erreur, parfois aussi il faut traverser en équilibre une arrête de glace : cela requiert toute ma concentration !!!

Alexis et Ruben, eux, gambadent…Nous allons jusqu’au pied du Cerro Torre, à Niponino, c’est bien beau, bien venteux, le Fitz Roy est splendide, par contre, le Cerro Torre ne veut pas se découvrir, dommage.

Au retour, on traverse à nouveau le glacier, mes sauts sont un peu plus assurés, bien que mon pied ripe sur la glace alors que je passe un ruisseau qui s’engouffre dans les entrailles du glacier…

Au retour, on s’arrête le temps d’une séance photo insolite : expérience de fusion  en tenue d’Eve, avec la roche verte, anciennement polie par le glacier, les pieds dans l’eau gelée, on en découvrira le résultat dans une prochaine expo de Ruben !!

Retour par la tyrolienne, le pied et le genou hurlant maintenant, aïe aïe aïe et dire qu’un trek de 6 jours m’attend dans moins d’une semaine !! Heureusement, les copains nous ont préparé un bon dîner et nous attrapons de justesse la douche à 22h.

1 février : Je devrais reprendre la route. Mais j’ai encore besoin d’un jour de repos, on se demande pourquoi ! Et puis, cela donne juste le temps à Alexis de décider de m’accompagner quelques jours à vélo plutôt que de passer ses journées à attendre l’éventuelle et incertaine fenêtre de beau temps qui lui permettrait d’escalader. Nous partons donc à la recherche d’un vélo.

Le soir, nous épatons tout El Chaltén à la soirée Salsa !! J’en oublie un peu mon pied et le départ le lendemain…Tout cela n’est pas très sérieux…

2 février : Nous récupérons le vélo vendu à contre cœur par le réparateur de vélo…Nous l’avons acheté 700 pesos (170 USD), ce qui finalement ne fût pas une mauvaise affaire puisque Alexis l’a revendu 8 jours après 70 000 pesos chiliens (soit 140 USD). Le temps de tout préparer et nous partons à 18h30, nous sommes bien matinaux dis-donc ! Mais viento a favor : en un peu plus de 2h nous faisons 50 km ! Enfin un moment où se reposer !

03 03 2011 » Argentine

2 Responses

  1. sam mars 4 2011 @ 13 h 48 min

    je reprends la lecture de ton blog après de nombreuse semaines sans l’avoir visité. Magnifique, toutes ces contrées que tu traverses!
    Moi, hier, j’ai fait Paris-Saclay à vélo, via le bois de Verrière. Un grand moment.
    très bonne continuation à toi. J’attends les prochains récits!
    bises
    sam

  2. LLobet mars 4 2011 @ 17 h 44 min

    ma chére petite Coralie toutes ces photos au bord des crevasses me donnent des frayeurs et il me tarde de te serrer dans mes bras Reviensvers nos vignes le printemps arrive . Ta maman est a Egat avec Béa sous la néige très abondante cette année .tes photos sont trés belles mais trés impressionantes bisous bisous Ménine